Archives du mot-clé États-Unis

Enceinte, Rihanna fait le show à la mi-temps du Super Bowl

EN IMAGES. C’était son grand retour sur scène. Rihanna a chanté ses plus grands tubes lors de la mi-temps du Super Bowl, dimanche 12 février. Avant de confirmer qu’elle était enceinte de son deuxième enfant.

Rihanna a signé son grand retour lors du Super Bowl, dimanche 12 février. La chanteuse aux neuf Grammy Awards est sur scène à la mi-temps du match opposant les Chiefs de Kansas City aux Eagles de Philadelphie, lors de la finale du championnat de NFL. Un représentant de l’artiste a indiqué au site du magazine «The Hollywood Reporter» que la star attendait son deuxième enfant, moins d’un an après la naissance de son fils, le 13 mai 2022, dont le père est le rappeur A$AP Rocky.

Très attendue, six ans après son dernier concert, l’artiste de 34 ans est apparue en lévitation sur une plateforme suspendue au-dessus du terrain du State Farm Stadium de Glendale (Arizona), où se jouait la finale du championnat professionnel de football américain NFL.

Celle qui a pris par surprise la pop mondiale il y a près de 18 ans avec son premier tube imparable « Pon de Replay » a enchaîné quelques-uns de ses 14 titres numéro un aux Etats-Unis, dont « Work », « We Found Love », « Umbrella » ou « Diamonds ».

Vêtue d’une combinaison rouge et d’un manteau assorti, Rihanna évoluait au milieu de plusieurs centaines de danseurs, tous habillés en combinaison blanche intégrale, certains sur des plateformes surélevées, d’autres sur le terrain même.

Si elle a effectué quelques mouvements de danse, la première milliardaire à assurer le show du Super Bowl (1,4 milliard de dollars de fortune personnelle) a livré une prestation sobre, inhabituelle pour le feu d’artifice qu’est ordinairement ce rendez-vous annuel.

Seule sur scène

La chanteuse n’a pas non plus accueilli d’invité, une autre rareté pour ce show durant lequel même Beyoncé, en 2016, avait partagé l’affiche avec Coldplay et Bruno Mars. Plus que la liste des chansons ou la chorégraphie, les fans ont surtout commenté le physique de Rihanna, dont la tenue moulante laissait entrevoir son ventre arrondi.

« RiRi enceinte? », a tweeté Holley Ford, journaliste de la chaîne NBC à Dallas. « Rihanna est peut-être enceinte, mais elle a peut-être aussi simplement le corps » d’une femme qui a récemment accouché, a prévenu, également sur Twitter, Alexa Lardieri, de New York, avant qu’un porte-parole de Rihanna ne mette fin au suspense.Neuf mois après la naissance de leur fils, Rihanna et A$AP Rocky n’ont toujours pas révélé son prénom. Au sujet de sa prestation au Super Bowl, Rihanna avait estimé, jeudi, qu’il était « important que (son) fils voit ça ».

SOURCE: Paris Match

GEOPOLITIQUE ET TERRORISME : «Le Mouvement taliban financé par les États Unis d’Amérique à l’origine de l’impulsion du terrorisme » dixit l’ancien ministre Seydou Traoré

Définition des talibans, les talibans ou étudiants sont des fondamentalistes islamistes regroupés dans une organisation militaire, politique et religieuse dénommée l’émirat islamique d’Afghanistan, puis, mouvement islamique des talibans. La situation au Mali, relève d’une guerre planétaire réfléchie par les États-Unis d’Amérique pour contrer la Fédération de Russie et la Chine et sauver l’hégémonie du dollar américain.

Origine, Le mouvement taliban a été  financé par les États-Unis d’Amérique selon un « programme afghan » (afghan program), secrètement à travers la CIA. Il consistait à armer les moudjahidines afghans opposés au gouvernement communiste afghan, ce dernier étant soutenu par l’URSS.

L’opération, dont le nom de code semble avoir été « opération cyclone », fut lancée par le président Jimmy Carter le 3 juillet 1979 et ne s’arrêta qu’au 1er janvier 1992 sous l’administration George H. W. Bush.

Modalités de financement ou le « pipeline »

Financement par la CIA,

L’Inter-Services Intelligence (ISI), collaborent avec la CIA mais toute  la logistique et l’entraînement de moudjahidines au Pakistan est fait  par l’ISI, la CIA se contentant d’être le payeur et le superviseur de l’opération, et d’entraîner les instructeurs de l’ISI.

Les armes soviétiques étaient achetées à des pays qui avaient une coopération militaire avec l’URSS et remis aux talibans pour dissimuler toute trace américaine

L’Arabie Saoudite est un autre important contributeur au programme.

L’ISI équipe et forme plus de 100 000 hommes entre 1978 et 1992 avec un budget américain progressif total compris entre 3 et 20 milliards de dollars (budget annuel de 20 à 30 millions de dollars en 1980 pour finir à 630 millions de dollars en 1987).

 

Conséquences

Entre 17 000 et 35 000 musulmans étrangers issus de 43 pays musulmans ont participé à cette guerre.

Le millionnaire Oussama Ben Laden, par la suite fondateur d’Al-Qaïda, est accueilli en 1986 en Afghanistan. Il dirige un bureau de recrutement de combattants pour l’Afghanistan.

 

Le bloc de l’est est affaiblit en 1991

Mais, le programme a été également précurseur de la montée en puissance des talibans, qui perdront le pouvoir temporairement après la seconde guerre d’Afghanistan de 2001.

Le mouvement taliban est victorieux sur l’état islamique d’Afghanistan, en 1996 et y instaure le régime de l’émirat islamique d’Afghanistan de 1996-2001 avec à sa tête le mollah Mohammad Omar.

Le mouvement est défait par l’OTAN en 2001

Quarante-deux années après le programme afghan, les talibans reprennent le contrôle du pays après que Donald Trump ait annoncé l’aboutissement du retrait des troupes américaines confirmé par Joe Biden. Le 30 août 2021, les dernières troupes américaines quittent l’Afghanistan et ont officiellement perdu la guerre d’Afghanistan de 2001.

La défaite de l’OTAN et des États-Unis d’Amérique est actée par la signature de l’accord de Doha au Qatar, entériné par le conseil de sécurité des nations unies, le 10 mars 2020. Cet accord :

Interdit aux États-Unis et à leurs alliés de recourir à la force en Afghanistan, interdit aux usa et a leurs allies de s’immiscer ultérieurement dans les affaires internes du pays impose un calendrier de retrait de leurs troupes.

Impose aux talibans :

– À lutter activement sur le sol afghan contre tout groupe ou individu menaçant la sécurité des États-Unis et de leurs alliés,

– À ne leur fournir ni visa, ni permis de voyager.

À l’évidence, jeunes du mali, vous comprendrez :

La connexion parfois troublante de mouvements terroristes et des puissances impériales sur le continent africain.

L’impossibilité qu’a été l’inculpation et le jugement de Oussama Ben Laden ; il fait qu’il disparaisse !

La difficulté que la communauté dite internationale aura à suivre le Mali dans son accusation contre la France comme soutien au terrorisme dans le sahel.

Le silence de nombre de monarchies du golfe sur les questions du terrorisme dans le monde.

Le silence de nombre de religieux maliens sur les questions du terrorisme et des djihadistes au Mali.

La poursuite des offensives terroristes en Syrie pour affaiblir ce pays et la Fédération de Russie, toujours en guerre en Ukraine et de plus en plus présente au Sahel.

La situation au Mali, relève d’une guerre planétaire réfléchie par les États-Unis d’Amérique pour contrer la Fédération de Russie et la Chine et sauver l’hégémonie du dollar américain. Ne pas le comprendre, c’est exposer notre pays à une soumission encore plus grave que celle issue du partage de l’Afrique à Berlin en 1885.

Je m’adresse aux jeunes, parce que les responsables de la classe politique sont dans une « constipation cérébrale » sans nom !

 

Seydou Traoré, ancien ministre Mali

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : les Etats-Unis vont offrir près de 21 milliards Cfa pour faire face à la crise alimentaire mondiale

Le Mali est parmi plus de 47 pays et organisations régionales qui vont recevoir des USA des fonds pour sauver des vies à travers des interventions d’urgence et pour atténuer une nouvelle augmentation de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition en raison de la hausse des prix des aliments, des engrais et du carburant. Ce qu’a indiqué un communiqué de presse publié le 2 août 2022 par l’ambassade des Etats-Unis au Mali.

«La hausse des prix des aliments, des engrais et du carburant au Mali et dans toute l’Afrique subsaharienne nuit aux Maliens et leur rend la vie plus difficile», a ainsi rappelé le communiqué pour justifier le choix de notre pays parmi les bénéficiaires. «Cette hausse des prix aggrave les problèmes de développement et les urgences humanitaires», a-t-on ajouté.

Ainsi, dans le cadre de la contribution de 2,76 milliards de dollars (1 766 milliards de F Cfa) récemment annoncé par le gouvernement américain pour faire face à la crise alimentaire mondiale, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) prévoit de fournir 32 millions de dollars (environ 20,5 milliards de F Cfa) de nouvelles ressources au Mali.

Il est ainsi prévu 15 millions de dollars (9,6 milliards de francs Cfa) au Programme alimentaire mondial (PAM), à l’UNICEF, à l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et au Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) pour «répondre aux besoins immédiats des citoyens les plus vulnérables du Mali».

Ce financement humanitaire d’urgence doit contribuer à satisfaire les besoins alimentaires de base des populations touchées par la crise grâce à des transferts monétaires et des bons alimentaires couvrant près de 200 000 Maliens vulnérables, dont 40 000 déplacés internes. Un nouveau financement humanitaire des Américains au système des Nations unies au Mali assurera la détection et le traitement précoces des cas de malnutrition aiguë sévère grâce au dépistage de 100 000 enfants de moins de cinq ans et de 10 000 mères et gardiennes d’enfants, y compris des femmes enceintes.

Les fonds seront également utilisés pour acheter 350 tonnes d’aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (ATPE) pour les enfants souffrant de malnutrition, leur donnant les nutriments vitaux dont ils ont besoin pour récupérer. «Ce nouveau financement vient s’ajouter à notre budget de l’année en cours pour l’aide humanitaire au Mali de 75 millions de dollars (48 milliards de F Cfa). Ces fonds renforceront le système d’alerte précoce du gouvernement pour la sécurité alimentaire tout en intensifiant notre soutien existant au système de santé du Mali et aux agents de santé communautaires alors qu’ils détectent et traitent la malnutrition», a précisé le communiqué.

En plus de la nouvelle aide humanitaire, l’USAID fournira 17 millions de dollars (10,9 milliards de FCFA), sous réserve de la disponibilité des fonds, pour aider les Maliens à répondre à leurs propres besoins de développement et à renforcer leur sécurité alimentaire en tant que nation. L’USAID soutient l’agriculture au Mali depuis 1961 et finance l’agriculture via «Feed the Future» depuis 2013. Cette année, les États-Unis avaient déjà prévu 20 millions de dollars (12,8 milliards de FCFA) pour soutenir la production et la commercialisation des produits agricoles…

«Les États-Unis sont le plus grand donateur bilatéral du Mali. Nous travaillons avec divers partenaires pour renforcer les capacités afin que les Maliens puissent assurer leur propre sécurité alimentaire», a rappelé Dennis B. Hankins, l’ambassadeur des États-Unis dans notre pays. «Les agriculteurs, les éleveurs et les consommateurs maliens sont parmi les victimes les moins visibles de la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Cette nouvelle aide de 32 millions de dollars des États-Unis aidera les Maliens à faire face aux impacts considérables d’une situation qu’ils n’ont pas créée», a-t-il ajouté.

Les fonds promis porteront l’investissement total des États-Unis pour faire face à la crise mondiale de la sécurité alimentaire à 5,56 milliards de dollars (3 558 milliards de FCFA) depuis le début de la guerre de la Russie contre l’Ukraine le 24 février 2022.

Kader Toé

COVID-19 : Les Etats-Unis offrent au Mali 100 620 doses de Pfizer

L’effort commun contre la pandémie du Covid-19 au Mali a reçu un nouveau coup de pouce avec les 100 620 doses de Pfizer  offertes au Mali par les Etats-Unis ! Une remise qui a eu lieu en marge de la visite au Mali (du 16 au 18 mars 2022) de l’ambassadeur Michele J. Sison, secrétaire d’Etat adjointe aux Affaires des Organisations Internationales.

Cette première livraison de 100. 620 doses est la première expédition d’un million de doses Pfizer que le gouvernement américain donne au Mali pour protéger ses citoyens contre le Covid-19, en particulier les plus vulnérables», a souligné Sison au cours d’une interview après la remise. Elle vient s’ajouter à deux autres livraisons, notamment 168,000 et 151,200 doses de Johnson & Johnson Janssen Covid-19 dans le cadre des efforts mondiaux du gouvernement américain pour lutter contre la pandémie à Coronavirus. Si le don est du gouvernement Américain, la logistique a été assurée par le gouvernement japonais.

Le Ministre Andogoly Guindo l’a révélé lors du C.A du Musée National : «plus de 900 objets archéologiques en provenance des États-Unis ont été remis au Premier Ministre…»

Le Musée national du Mali a tenu son 31ème session de son conseil d’administration, vendredi 1er avril 2022 dans la salle de réunion de ladite structure. Cette session était présidée par le ministre de la Culture, du tourisme, de l’artisanat et de l’industrie hôtelière Andogoly  Guindo, en présence du directeur du Musée national Daouda Keïta et de nombreux administrateurs venus d’autres services. Au cours de cette session le ministre a fait savoir que le retour des objets  culturels maliens détenus à l’étranger demeure une priorité du gouvernement de la transition.

Il faut d’ores et déjà rappeler que 4 points étaient inscrits à l’ordre du jour de cette session, il s’agit de l’adoption du compte rendu de la 30ème session, de l’examen de l’état d’exécution des recommandations de ladite session,  de l’adoption du projet de programme d’activités et du projet de budget 2022.

Le ministre a d’abord rappelé dans son discours d’ouverture que le 22 novembre 2021 les administrateurs ont pris des résolutions, formulé des recommandations et adopté le programme d’activité et le budget pour l’exercice écoulé. Selon le ministre, Andogoly Guindo, les effets induits de la crise multidimensionnelle que traverse notre depuis déjà quelques années, continuent d’affecter durement le secteur de la culture, en particulier les institutions muséales. Il a souligné que les dures conditions imposées par cette crise ont été malheureusement exacerbées par la survenue de la pandémie de la maladie à coronavirus dont les effets ont été foudroyants pour le musée national. Malgré le contexte et la conjoncture difficile, il est heureux de constater que des résultats appréciables ont été réalisés et cela à-t-il dit grâce à l’engagement du personnel qui a fait preuve d’une grande résilience. « C’est le lieu de féliciter et de remercier le directeur général et tous les travailleurs du Musée national pour leur dévouement et les gros sacrifices consentis pour l’atteinte de ces résultats et j’associe à ces remerciements, les partenaires pour leurs appuis multiformes », à-t-il déclaré. Il a précisé que des documents soumis à notre appréciation, il ressort que le musée national a enregistré durant l’année 2021, 11.989 visiteurs parmi lesquels seulement 965 touristes étrangers hors espace Union Economique Monétaire Ouest Africain (UEMOA) et 841 ressortissants de la zone UEMOA. Le ministre a confié que le projet de programme d’activés 2022 proposé, laisse apparaitre l’ambition de la direction générale de consolider les acquis, également d’améliorer le niveau des performances. Il a précisé qu’au cours de cette session, les administrateurs adopteront probablement un projet de budget pour l’exercice 2022, qui est arrêté en recettes et en dépenses à la somme de six cent cinquante-cinq millions cent deux mille cent sept (655 102 107) frs CFA, soit une diminution de 2,1% par rapport au budget global de 2021. Cette diminution poursuit-il s’explique essentiellement par la réduction du montant alloué à la prise en charge du salaire des fonctionnaires et des contractuels de l’Etat.

En outres, Andogoly Guindo a ajouté que le retour des objets  culturels maliens détenus à l’étranger demeure une priorité du gouvernement de la transition. Pour lui, ces biens constituent des éléments substantiels de notre patrimoine culturel dont le Mali ne saurait se passer. Il a rappelé l’exemple de plus de 900 objets archéologiques en provenance des États-Unis remis au premier ministre Choguel Kokalla Maïga le 7 décembre 2021 par l’Ambassadeur des Etats-Unis son excellence Denis Hankins.

Alou Badra DOUMBIA