Archives du mot-clé Corruption

AFFAIRE BAKARI TOGOLA : Les torticolis du Conquistador de Niamana continuent

Le tournage d’un nouvel épisode dans l’affaire Bakary Togola commence. Il était poursuivi pour détournement de plus de 9 milliards de FCFA, sera encore jugé par une autre cour d’assises recomposée. Le mercredi 20 avril 2022, l’arrêt d’acquittement de Bakary Togola, rendu par la cour d’assises de Bamako, le 29 novembre 2021, il sera encore jugé par une autre cour recomposée.

L’affaire Ministère public contre Bakary TOGOLA, Djiguiba dit Ampha COULIBALY, Soloba Mady KEITA, Seydou COULIBALY, Drissa TRAORE, Tiassé COULIBALY, M’Piè DOUMBIA, Alou DEMBELE, Mamadou FOMBA, Dialla Moussa DEMBELE, Bréhima COULIBALY et Mady KEÏTA, inculpés d’atteinte aux biens publics, faux et usage de faux et complicité n’a pas fini le casting de ces acteurs.

Le jugement avait démarré le 23 novembre 2021, le procès de Bakary Togola et ses 11coaccusés avait terminé par un arrêt d’acquittement rendu par la cour d’assises spéciale de Bamako, le 29 novembre 2021, pour faute de preuve.

Dans une décision rendue publique mercredi 20 avril 2022, la Cour suprême, new loook, a cassé l’arrêt d’acquittement concernant Bakary Togola.

Au-delà de l’importance du chef d’aquisation, c’est surtout le profil de Bakary Togola qui focalise l’attention. Leader paysan, il est aussi un personnage incontournable dans le très stratégique secteur cotonnier. Il a également su tisser de puissants réseaux dans la sphère politique, jusqu’au cœur du pouvoir, et ce, depuis l’époque de l’ancien président feu Amadou Toumani Touré.

Parti de Niamala, son village natal dans la commune rurale de Koumantou, cercle de Bougouni, région de Sikasso, Bakary Togola a réussi à se forger un destin (450 hectares de riz ; 350 hectares de maïs ; 100 hectares de coton ; 100 hectares de mil ; 100 hectares de sorgho et 50 hectares de fonio, soit un total de 1150 hectares cultivés) qui, finalement, lui a été fatal. En plus des malversations financières, Bakary Togola a tout le temps été soupçonné de spoliations foncières par d’autres paysans notamment dans la commune de Koumantou. S’il a pu résister à tous les litiges fonciers, les malversations financières semblent avoir eu raison de lui. C’est finalement le 13 septembre 2019 que Bakary Togola a été placé en détention provisoire à la Maison centrale d’arrêt de Bamako (MCA) dans l’affaire de détournement de ristournes destinées aux paysans dont le montant se chiffre à 9 milliards 462 millions 152 mille 71 francs CFA.

Cet homme d’origine paysanne, devenu incontournable dans le secteur du coton malien, est accusé d’être au centre d’un système de corruption dont les ramifications pourraient s’étendre au monde politique.

Depuis que Bakary Togola a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d’arrêt de Bamako, le 13 septembre 2019, depuis l’affaire dite des « ristournes de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton » fait les choux gras de la presse malienne.

M.YATTARA

Attribution des logements sociaux ou M5 Bougou : Scandale au relent de Favoritisme et de Corruption

La deuxième tranche de la liste des bénéficiaires des logements sociaux de Bamako, a été publiée la semaine passée.  Elle a fait naitre des soupçons et l’objet des polémiques au sein de l’opinion, sur les réseaux sociaux et dans les bureaux des administrations, une liste suivant la décision n°02022 031 MUHDATP-SG du 9 février 2022 fixant la liste définitive des 12566 bénéficiaires.  Sur cette liste, que nous avons lue, on pouvait voir clairement les noms de certains membres du M5-RFP le mouvement qui a fait tomber le régime d’IBK et des proches des actuels hommes forts du pays. Cet état de fait n’a laissé aucune personne indifférente, surtout ceux réputés être les vrais acteurs du « nouveau Mali ».

Où est Le Mali Kura dont tout le monde parle ?

Cependant, les logements sociaux  destinés aux nécessiteux, ont été offerts aux familles et enfants du Premier Ministre, le Dr Choguel Maïga, du Ministre des Affaires Foncières, de l’Habitat et de l’Urbanisme, Brehima Kaméma, a ceux-ci s’ajoute les noms, du Ministre délégué Oumarou Diarra auprès du Ministre de la Santé et du Développement, chargé de l’Action Humanitaire, de la Solidarité, des Réfugiés et des Déplacés ; des hommes politiques du M5, des activistes et vidéo mans qui sont proches du Chef du gouvernement de la transition. Qui a lutté contre ce même favoritisme sous le régime précédent ? Cet acte a suscité des suspicions chez la plupart des Maliens, et qui commencent à douter de cette « Refondation de l’Etat », à laquelle le peuple malien aspire. Les Maliens semblent être dans le flou, d’où la nécessité de poser cette question : le Mali Kura se fera-t-il dans le favoritisme et la corruption ?

En effet, le Mali a été toujours dans le favoritisme en matière des logements sociaux ; mais à l’ère du Mali Koura la surprise a été grande et beaucoup s’interrogent s’il n’est plus qu’une grande illusion. Dans la mesure où personne ne s’attendait à une chose pareille de la part des autorités de la transition et cela compte tenu de leur promesse de faire du Mali un pays de justice. Ils se sont surtout engagés à mener une lutte implacable contre la corruption. Il a fallu que l’occasion se présente pour découvrir la vraie face des personnes que les maliens attendaient beaucoup. Cet acte risque de ternir l’image des autorités de la transition au moment où la population se tape la poitrine et est prête à tout pour soutenir celles-ci et faire face aux sanctions économiques infligées au Mali par la CEDEAO et l’UEMOA.

Les autorités de la transition ne pouvaient-elles pas éviter d’être dans cette posture ?

 

Assitan DIAKITE